Google

A.D.P.S.G. Association pour la Défense et la Protection des Vallées Pyrénéennes de Saux et de La Gela
mercredi mai 24th 2017
logo Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade Midi-Pyrénées - FFME logo Mountain Wilderness logo Compagnie des guides des Pyrénées logo Nature Midi-Pyrénées logo Club Alpin Français logo SNAM logo FNE Midi-Pyrénées logo Syndicat National des Guides de Montagne logo APNP Amis du Parc National des Pyrénées

Contenu

Archives

Vallées de Saux et de la Géla, quelques interrogations sur le futur et la Charte du Parc National des Pyrénées

Aménagement des pistes de ski à Formigal

"Aménagement" des pistes de ski à - Photo PDMA

Sur le blog de la , est posée la question de savoir comment concilier économie et écologie dans les territoires de montagne. En filigrane est évoqué le projet de National des Pyrénées.

« L’image d’une pelleteuse face à la double pointe de l’Ossau lors de l’extension de la station de Formigal dans des montagnes que l’on a parcourues, il y a moins d’une dizaine d’années à pied, conduit à la question des limites quand on parle tourisme et d’aménagement.
Estimer la question du développement et la préservation des paysages dans les zones fragiles revient à se reposer la question dans l’autre sens. Sanctuarisation : où se situe la limite ?
Comment consolider la solidarité écologique, économique, sociale et culturelle comme le veut la politique mise en place par la Charte du PNP entre la zone cœur et les territoires qui l’entourent, sur la base d’un  ? La réponse parait insoluble. »

Lire la suite sur le blog de la Maison de la Montagne

Share

Reader Feedback

Une réponse de “Vallées de Saux et de la Géla, quelques interrogations sur le futur et la Charte du Parc National des Pyrénées”

  1. magne dit :

    La charte du Parc est proposée à l’appui du dogme incontournable sorti ces dernières années des cartons des économistes à la mode : le developpement durable.
    De ce fait, il n’est pas étonnant que cette charte cache une entourloupe qui permette de continuer à finir de bétonner la montagne tout en faisant semblant de protèger quelques rares espaces,maigres dépouilles qu’auront bien voulu laisser les requins de l’immobiler.
    En imposant le developpement durable comme étant la voie obligatoire à notre bonheur les responsables politiques ont réussi à poursuivre leur principal objectif, faire-du-fric, tout en faisant croire qu’ils rectifiaient le tir en s’interessant à l’écologie.
    Le developpement durable nous condamne ainsi au developpement à perpétuité, comme sont condamnées les stations de ski à conquérir toujours plus d’espaces,la chute sans fin vers la recherche d’une croissance exponentielle en exploitant un potentiel naturel qui lui, a ses limites.Le developpement durable , cet oxymore comme la clarté obscure des étoiles, la guerre froide ou les frappes chirurgicales est ce paradigme qui évite de se poser les questions éssentielles dont les réponses nous obligeraient à remettre en cause les fondements du système économique actuel qui nous conduit à plus ou moins court terme dans un mur.

Poster un commentaire