Google

A.D.P.S.G. Association pour la Défense et la Protection des Vallées Pyrénéennes de Saux et de La Gela
vendredi août 18th 2017
logo Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade Midi-Pyrénées - FFME logo Mountain Wilderness logo Compagnie des guides des Pyrénées logo Nature Midi-Pyrénées logo Club Alpin Français logo SNAM logo FNE Midi-Pyrénées logo Syndicat National des Guides de Montagne logo APNP Amis du Parc National des Pyrénées

Contenu

Archives

Le Parc National des Pyrénées examinera l’impact des constructions

Le , lors de son conseil d’administration du 7 juin 2011  à Tarbes, a évoqué le projet de création de station de ski entre la sortie Nord du tunnel de Bielsa et Piau-Engaly.


D’après les propos de Tarbes-Infos.com qui relate l’évènement, « le P.N.P. ne s’est dit concerné que par les constructions de la vallée de la Géla, site non classé et non soumis aux contraintes de Natura 2000.

Le projet se situe dans la zone d’adhésion (périphérique) hors de la zone cœur du Parc. Le P.N.P. n’aura donc à se prononcer que sur les travaux et l’impact possible sur le cœur dans le cadre de l’article L 331-4 du Code de l’environnement Il s’agira de s’assurer que ces constructions n’aient pas d’impact sur la faune et la flore de la zone cœur. Avant de donner un avis, le Conseil d’Administration envisage de se rendre sur les lieux en septembre. »

Source : http://www.tarbes-infos.com/spip.php?article5398

N.D.L.R. Certes, la zone en question, située en « aire optimale d’adhésion », ne fait pas partie du coeur du Parc mais elle en est très proche (la plateforme de la télécabine serait située à 250 m de la limite du Parc). Elle est entourée de 5 zones Natura 2000.  Une faune riche (Grands tétras, lagopèdes alpins, aigles royaux, gypaètes barbus, perdrix grises …) fréquente les lieux.

Il est donc curieux que seul l’impact des constructions soit envisagé et que l’incidence des activités humaines liée à la mise en œuvre du domaine skiable ne soit pas abordée.
Dans l’avis rendu par l’autorité environnementale à propos de ce dossier, il est précisé, à propos du grand tétras, page 6 :

« La fréquentation des zones les plus sensibles est susceptible de s’accroitre sensiblement, entrainant, selon de fortes probabilités, l’abandon de ce site par cette espèce dont les mœurs sont peu compatibles avec une présence humaine soutenue. Cette problématique est semblable pour les autres galliformes présents sur le site (perdrix grise de montagne et lagopède alpin)« .

Lagopèdes alpins sur la Hourmagerie (La Gela) - photo Jean-Jacques Héran

La gène sonore provoquée par les utilisateurs du domaine ne s’arrêtera pas à la frontière du Parc, soyons en sûr ….

Dans le projet de charte du Parc, on peut lire :

« L’aire optimale d’adhésion a naturellement vocation à faire partie du Parc national des du fait de sa continuité géographique et d’une solidarité écologique avec le cœur. C’est une zone où l’on doit favoriser une politique contractuelle de développement durable, entre le Parc national des Pyrénées et les communes. »

Source : charte de territoire du Parc

Si l’homme délimite des territoires et leur confère des droits, il n’en demeure pas moins que, sur le terrain, les frontières ne sont pas aussi tranchées que sur le papier. Toutes les incidences, mêmes indirectes doivent être étudiées, notamment la fragmentation que le projet ne va pas manquer  de provoquer.

Share

Reader Feedback

Une réponse de “Le Parc National des Pyrénées examinera l’impact des constructions”

  1. Gérard dit :

    Si on laisse faire au train ou ça va on verra peut étre un telepherique Piau Chermentas Barroude, ou bien profitant d’une plateforme au pied de l’escallette une liaison directe vers le refuge de barroude !!!
    On arréte mal la voracité du fric

Poster un commentaire