Google

A.D.P.S.G. Association pour la Défense et la Protection des Vallées Pyrénéennes de Saux et de La Gela
jeudi octobre 19th 2017
logo Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade Midi-Pyrénées - FFME logo Mountain Wilderness logo Compagnie des guides des Pyrénées logo Nature Midi-Pyrénées logo Club Alpin Français logo SNAM logo FNE Midi-Pyrénées logo Syndicat National des Guides de Montagne logo APNP Amis du Parc National des Pyrénées

Contenu

Archives

Dossier UTN, la municipalité de Bazus-Aure ne se prononce pas

A l’invitation du conseil municipal de , plus de 40 Bazus-Aurois ont participé le 07 Mai 2011 à la réunion d’information sur le projet de création de station de ski à l’entrée nord du tunnel de Bielsa reliant Piau-Engaly.

Réunion à Bazus-Aure (Hautes-Pyrénées) à propos du dossier UTN station de ski Piau-Engaly Tunnel de Bielsa


Alors que le projet était connu depuis l’été 2008, les élus ont pensé et décidé, qu’il serait bon que la population puisse prendre connaissance du dossier finalisé de demande d’autorisation de création d’une Unité Touristique Nouvelle () déposé par la commune d’Aragnouet.
Il était temps, la date butoir de consultation du dossier UTN étant le 16 Mai 2011.

Le décor planté, une présentation du projet a été faite en respectant l’ordonnancement du dossier.

Ont été évoqués successivement, et de manière résumée, l’état du site et son environnement, les caractéristiques du projet, l’exposition aux risques naturels, les effets prévisibles ainsi que les conditions de l’équilibre économique et financier du projet.

La lecture de l’avis de l’autorité environnementale à eu le mérite de faire la lumière sur les nombreux impacts devant faire l’objet d’études complémentaires et pour lesquels bon nombre de questions restent en suspens.

Après cette présentation, l’ensemble des participants se sont déclarés contre ce projet, considérant que Saux et la Géla devaient rester en l’état et qu’il n’était pas envisageable de voir ce site vierge en zone sensible, massacré.

A la question  » Êtes-vous pour où contre le projet ? », les élus, bien que conscients des dégâts environnementaux prévisibles, ne se sont pas prononcés.
Pour ce faire, ils souhaitent avoir une vision complète du dossier finalisé et que les études complémentaires soient menées, ce qui devrait prendre plusieurs années.

Concernant les conditions générales de l’équilibre économique du projet, les investissements (52 521 000€) se répartiraient de la façon suivante :   47 116 000 € qui seraient pris en charge par le Gouvernement d’Aragon et 5 405 000 € par le Conseil Général des Hautes Pyrénées.

Lecture a été faite de la lettre d’engagement du Gouvernement d’Aragon datée du 18 novembre 2010 signée par Eva Almunia Badia, conseillère de la Présidence.
Dans cet écrit, rien de formel, aucun engagement mais seulement des réserves :

Le financement des remontées sera assuré sous réserve « que les conditions économiques et de marché s’améliorent et qu’au moment de l’exécution du marché ces importants investissement s’avèrent viables.»

Quid de la crise en Espagne ?

Le débat s’ouvre sur la viabilité du projet. Un constat est dressé : l’évolution des journées-skieurs stagne depuis cinq ans aussi bien en France qu’en Espagne. Le groupe Aramon déclare que le marché Espagnol est à maturité et que leur développement passe la pénétration du marché Français.

La station de Piau-Engaly connaît, quant à elle, pour la saison qui vient de se terminer, une baisse de fréquentation de 11% soit de 29 000 journées skieurs.
Le prévisionnel du nouveau domaine se situe entre 70 000 journées-skieurs (fourchette basse) et 120 000 journées-skieurs (fourchette haute).
Doit–on déduire de ces chiffres les 14% de skieurs espagnols (33 000) ayant fréquenté la station de Piau Engaly en 2010/2011 ?

Le dossier n’est pas finalisé au niveau financier, le prévisionnel devra être revu  en tenant compte des impondérables dus à la baisse d’activité, à la crise, aux aléas climatiques …
Le prévisionnel reste un prévisionnel. On peut lui faire dire ce que l’on veut. Aussi, il est plus sage de travailler sur une hypothèse pessimiste qui permet d’avoir une vision plus réaliste des finances.

D’autres questions ont été posées qui restent sans réponses :

  • Quel est le revenu escompté pour l’Indivision Guchan Bazus-Aure ?
  • Quel sera l’interlocuteur pour la négociation financière ?
  • La montagne a-t-elle un prix ?

Devant l’absence d’engagement et de prise de position des mairies de Bazus-Aure et Guchan concernées, est-il normal que le travail de contestation du dossier soit uniquement pris en charge par l’association ?

Pour les participants, la réunion s’achève sur un goût d’inachevé, constatant une certaine frilosité de la part des élus. Ces derniers se retrouveront pour faire un débriefing des remarques et observations formulées lors de cette réunion.

Quoi qu’il en soit, la municipalité devra tenir compte, lors de ses choix, du fait que la population est massivement opposée à ce projet et que les signatures apposées sur la pétition qui a circulé dans Bazus–Aure n’ont pas été contraintes et forcées.

La réunion s’est clôturée par un « pot » offert par la municipalité.

Share

Reader Feedback

Une réponse de “Dossier UTN, la municipalité de Bazus-Aure ne se prononce pas”

  1. Bierry dit :

    Sauvons cette vallée de la Gela et préservons cet environnement .

Poster un commentaire