Google

A.D.P.S.G. Association pour la Défense et la Protection des Vallées Pyrénéennes de Saux et de La Gela
dimanche juin 25th 2017
logo Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade Midi-Pyrénées - FFME logo Mountain Wilderness logo Compagnie des guides des Pyrénées logo Nature Midi-Pyrénées logo Club Alpin Français logo SNAM logo FNE Midi-Pyrénées logo Syndicat National des Guides de Montagne logo APNP Amis du Parc National des Pyrénées

Contenu

Archives

Stations, les projets avortés

Dans son n°64 (janvier-février 2013), , la revue des sports Pyrénéens, revient sur 50 ans de projets plus ou moins fous pour les stations de ski.

couverture Respyr 64

L’auteur, Laurence Fleury, évoque, tout d’abord, le Plan Neige de 1964 qui prévoit de créer des stations qui soient de véritables villes à la montagne. Dans les années 70, naitra de cette dynamique le projet Pyrénéen de  liaison entre les stations de , Barèges et La Mongie qui devait devenir le plus grand complexe de ski européen. 4000 lits devaient être ainsi construits sur le Balcon de l’Oule et 7000 lits sur le vallon d’Aygues Cluses.
Projet qui fit réagir un grand nombre de défenseurs de l’environnement et dont on peut voir les traces aujourd’hui lorsqu’on emprunte la piste qui conduit au col du Portet.
Autre projet heureusement avorté, la route dite des lacs qui, depuis le lac d’Aubert devait rejoindre Barèges par la hourquette d’Aubert ou le Gourg de Rabas.
Sur cet inventaire à la Prévert figurent également, le projet d’équipement de la vallée du Rioumajou et plus à l’ouest, dans les Pyrénées Atlantiques, le projet de liaison -Artouste.
L’article ne pouvait éviter de parler du projet de liaison Piau-Bielsa qui devait être financé par l’opérateur semi-public espagnol Aramon et qui était soutenu par l’ancienne présidente du Conseil Général des Hautes-Pyrénées. Projet, comme vous le savez, qui est pour l’instant au point mort compte-tenu des priorités actuelles du gouvernement d’Aragon.
« Aujourd’hui les stations qui veulent survivre ont plutôt intérêt à renouveler leur matériel, leurs remontées, leurs services et parer au manque de neige » souligne à la fin de l’article, Jean-Henri Mir, maire de Saint-Lary.
A ces propos plus raisonnables, nous rajouterons la nécessaire réflexion quant à la diversification des activités hivernales et la relance du tourisme vert en été.

Le magazine Respyr 

Share

Reader Feedback

2 Réponses de “Stations, les projets avortés”

  1. dedieu dit :

    Heureusement qu’il y a eu et qu’il y à encore des gens defenseurs de la survie de la nature, pour que nos gosses puissent en profiter

  2. Claude ANGLADE dit :

    Merci pour ces rappels.
    J’avais participé aux manifs à St-Lary, contre les projets du balcon de Loule, et la route d’Aubert à Barèges.

    Projets heureusement avortés; comme quoi, il faut continuer le combat.
    Amistat

Poster un commentaire