Google

A.D.P.S.G. Association pour la Défense et la Protection des Vallées Pyrénéennes de Saux et de La Gela
mercredi mai 24th 2017
logo Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade Midi-Pyrénées - FFME logo Mountain Wilderness logo Compagnie des guides des Pyrénées logo Nature Midi-Pyrénées logo Club Alpin Français logo SNAM logo FNE Midi-Pyrénées logo Syndicat National des Guides de Montagne logo APNP Amis du Parc National des Pyrénées

Contenu

Archives

Le projet de station de ski Piau-Engaly/Bielsa est une priorité pour le Sobrarbe

Sobrarbe exige priorizar la ampliación de Piau a Bielsa - heraldo.es

Face aux récentes déclarations de la présidente du gouvernement d’, reprises par (Apoya unir Astún-Formigal. No a Bielsa-Piau Engaly), le président de la Comarca du , , s’exprime dans le du 08 août en faveur de la priorisation du projet Piau/ dans les Pyrénées françaises.

Voici la traduction de l’article par Georges Embun, vice-président de A.D.P.S.G.

La région du Sobrarbe « exige une certaine justice dans l’équilibre régional » et veut donner la priorité au projet d’agrandissement de station française de Piau-Engaly Bielsa avant l’union des stations d’ Astún, de  Candanchú et Formigal.

La considération primordiale de l’union projetée de Astún, Formigal et Candachú avant l’extension de la station de ski française de Piau-Engaly avec le tunnel de Bielsa prévue par la (Diputación General de Aragón) n’est pas bien ressentie dans le Sobrarbe.

Cette annonce a provoqué  » un profond malaise au sein de la région », tant chez les institutionnels que dans « la population », a déclaré le président de la comarca du Sobrarbe Enrique Campo Sanz . « Le Sobrarbe n’a pas d’objection à faire quant à l’élaboration d’autres projets du secteur de la neige par le Gouvernement d’Aragon, mais exige le réexamen de la position prise concernant la priorité de ces réalisations », a déclaré Enrique Campo Sanz.

L’institution pyrénéenne « exige un exercice de la justice et l’équilibre régional » de la part du gouvernement d’Aragon et indique que «des territoires dépourvus d’infrastructures comme le Sobrarbe devraient en être dotés avant la mise en œuvre et l’amélioration  » « des installations qui sont acceptables et qui existent déjà « dans d’autres régions disposant d’une situation socio-économique » beaucoup plus favorable. « 

Un projet de consensus et durable

Le président de la comarca soutient cette extension de Piau Engaly  » , « dans une politique de rééquilibrage d’ordre territorial » et «parallèlement » l’amélioration et la meilleure adaptation du tunnel de Bielsa. Il rappelle que le Sobrarbe est la «seule » comarca des Pyrénées aragonaises parmi les quatre existantes qui « ne dispose d’aucune station de ski alpin. « 

« Jamais, dans le Sobrarbe, un tel projet n’a été mis en œuvre», souligne Campo Sanz. Alors, le président a indiqué que « ces derniers mois » s’est matérialisé un «projet» pour l’extension de la station française en coordination avec la DGA et les autorités françaises » et avec le« consensus de la population et des différents groupes politiques de la région. « 

Pour Campo Sanz, le projet de Bielsa Piau est «pleinement durable (viable) du point de vue de vue social, économique et environnemental ». Cette extension serait « une ressource définitive » aux « répercussions incontestables » qui aiderait à établir et à attirer la population par un «investissement modeste» et un impact « minimal » sur l’environnement en tirant parti des routes d’accès construites et en adaptant la nature du terrain avec peu d’infrastructures nouvelles », a-t-il souligné.

Forte de ses nombreux et divers soutiens (Club Alpin Français, France Nature Environnement, Syndicat National des Accompagnateurs en Montagne, Mountain Wilderness, Fédération Française de Montagne et d’Escalade, Nature Midi-Pyrénées, Amis du Parc National des Pyrénées, Compagnie des Guides Pyrénées, Syndicat National des Guides de Montagne), de ses 450 adhérents, de ses pétitions qui recueillent à ce jour plus de 13 000 signatures,  l’Association pour la Défense et la Protection des Vallées Pyrénéennes de Saux et de La Gela (A.D.P.S.G.) s’étonne que de tels propos sur le « consensus de la population » puissent être tenus.

Nous vous invitons à faire part de vos observations  sur l’article du Heraldo.es : Sobrarbe exige priorizar la ampliación de Piau a Bielsa ou sur Nevasport

Share

Reader Feedback

5 Réponses de “Le projet de station de ski Piau-Engaly/Bielsa est une priorité pour le Sobrarbe”

  1. […] Le projet de station de ski Piau-Engaly/Bielsa est une priorité pour le Sobrarbe  […]

  2. anglade claude dit :

    C’ est une honte que les politiques français ou autres aient droit de vie ou de mort sur notre montagne.

  3. Dr Jean-Louis FARJON dit :

    Bonjour,
    Au moment où, une nouvelle fois, les marchés s’affolent, conséquence d’investissements immobiliers superflus donc insolvables, les fous qui nous conduisent ne voient qu’une issue, foncer un peu plus dans le mur et creer une station de ski dans une région déjà largement pourvue ( Piau, St lary-Espiaube, Val Louron et Peyragudes ) Dans une perspective de marasme économique et de déficit d’enneigement, comment peut-on penser que cette affaire ne profite à d’autres qu’aux quelques promoteurs concernés ?
    En 2012, nous votons en France…
    Les candidats potentiels doivent savoir que nous ne voterons pas pour des individus prêts à sacrifier, une nouvelle fois, notre cadre de vie au profit de quelques investisseurs.
    Que les élus de la vallée d’Aure nous expliquent quelles retombées économiques ils attendent d’une clientèle espagnole qui repassera le tunnel sitôt sa journée de ski finie ?

  4. Fouga dit :

    Cette dame, pense plus aux enjeux financier de ces amis que de préserver l’environnement.
    Et surtout de consulté et d’écouter les citoyens ce qu’il ont à dire.
    c’est habituel dans le milieu de la finance, voilà ou nous en somme avec la crise.
    vive les assos

  5. BOLLE Serge dit :

    Bonjour.
    Cette déclaration est bien celle d’un politique qui a oublié de venir sur le terrain et rencontrer la population qu’il ne doit pas souvent voir en dehors des périodes électorales.
    Quelque soit la frontière, on retrouve souvent le même décalage entre les citoyens et les politiques qui sont chargés de les représenter, d’où l’intérêt de nos mouvements associatifs pour se rassembler et faire entendre la voix d’en bas, celle qui vit.
    A bientôt, sur le terrain. Serge Bolle

Poster un commentaire