Google

A.D.P.S.G. Association pour la Défense et la Protection des Vallées Pyrénéennes de Saux et de La Gela
samedi juin 24th 2017
logo Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade Midi-Pyrénées - FFME logo Mountain Wilderness logo Compagnie des guides des Pyrénées logo Nature Midi-Pyrénées logo Club Alpin Français logo SNAM logo FNE Midi-Pyrénées logo Syndicat National des Guides de Montagne logo APNP Amis du Parc National des Pyrénées

Contenu

Archives

L’année des Pyrénées et de la Gela sur France 3

Pour ce deuxième rendez-vous de l’année 2011, France 3 Midi-Pyrénées, s’est installée tout au long de cette journée du 18 juin aux abords du . Au menu de cette journée : le débat (!) « La voix est libre »  (titre prémonitoire ?) sur le tourisme et le développement économique dans les vallées pyrénéennes ainsi qu’un reportage en vallée de la Gela.

Transhumance de blondes en vallée de la Gela pyrénées

Transhumance de blondes en vallée de la Gela - 18 Juin 2011 - Photo Lionel Aspect

En regardant la vidéo du premier « débat », vous constaterez la nature du développement qu’on nous promet ainsi que le peu de prise en compte de l’opinion publique : http://midi-pyrenees.france3.fr/2011-annee-des-pyrenees-neouvielle/index.php?page=article&numsite=6890&id_article=16511&id_rubrique=6899

Dans l’après-midi, a été diffusé un documentaire de Michel Tonelli « Pisteurs d’ours » suivi de l’émission en compagnie des gardes du Parc national dans la vallée de la Gela. Celle-ci avait été enregistrée il y a quelques semaines et l’ambiance climatique y était plutôt rude.

Si le reportage s’est attaché à montrer la beauté (voilée) de la montagne et à nous faire partager les sentiments des gardes et accompagnateurs qui la parcourent, aux yeux de ceux qui ne la connaissent pas, la Gela aura pu sembler un sanctuaire déserté.

Hors, il n’en est rien.

Il est dommage qu’Hélène Bassas de FR3 soit montée avant les transhumances en vallée de la Gela. Elle aurait vu que le lieu est loin d’être vierge et que sa belle constitution qui semble si « naturelle » à certains est, en fait, entretenue par de nombreux troupeaux qui y résident l’été (350 vaches sur la Gela et plus d’un milliers de brebis venant de la vallée de Saux en fin de saison).

transhumance en vallée de la Gela Pyrénées

Transhumance en vallée de la Gela - Photo Philippe Villette

Regrettons qu’aucun des acteurs du lieu : éleveurs, berger, vacher n’aient pu donner leur vision de la montagne et dire combien il est important que ces vallées restent dédiés au pastoralisme : à la fois nécessité économique pour les éleveurs, maintien des biotopes sur le plan environnemental mais également ravissement pour les randonneurs de passage, l’été.

Depuis des temps immémoriaux, le pastoralisme entretient la montagne.

Sans estives, le paysage qui semble si « naturel » se refermera. Ce qui ne manquera pas d’arriver si ce projet de station de ski se réalise car les terrains seront impropres au pâturage pendant de nombreuses années …

Voir la vidéo de Carnets du Sud

Share

Reader Feedback

5 Réponses de “L’année des Pyrénées et de la Gela sur France 3”

  1. Magne dit :

    Enfin, nous arrêterons ensuite les remarques à propos de la TCP ( c’est le blog avant tout de Sauvons la Gela) mais , concernant toujours l’émission de FR3, quelques éléments de réflexions concernant une autre affirmation de mr Brunet concernant la saturation des moyens de transports de marchandises aux extrêmités de la chaîne des Pyrénées :
    -s’il y a saturation comment expliquer que l’actuelle ligne de fret par ferroutage Luxembourg-Perpignan n’est utilisée qu’40% ??
    -les estimations d’augmentation exponentielle de la quantité de marchandises qui devrait transiter d’ici 2020 ne sont elles pas à revoir à la baisse vue les perspectives que laisse espérer la crise actuelle ?
    -une relocalisation de la production ferait sans doute baisser la quantité de marchandises à déplacer made in china et autres ….
    -Par conséquent une plus grande utilisation de l’existant, une remise en route de l’actuelle ligne Pau- Canfranc, le recours au merroutage suffiraient sans doute à absorber les fluxs supplémentaires à venir….Lorsqu’il s’agit de modifier notre comportement de citoyens écologiquement responsables, des campagnes officielles nous invitent à réparer, récupérer l’existant par contre, on dépense de l’argent en études de projets aussi destructeurs que pharaoniques ( 10 milliards d’euros au mieux ) plutôt que d’envisager la
    perennisation de l’existant …..en langage populaire, c’est l’hôpital qui se fout de la charité ….

  2. Magne dit :

    En ce qui concerne la Traversée Centrale des Pyrénées là encore des vérités tombent comme des faits admis alors que des conclusions émises par des organismes compétents contredisent les évidences politiciennes……Lorsque Mr Plano promet le developpement au Piémont ,sous entendu que la plate-forme multi-modale liée à une TCP Hèches-Bielsa,Saint-Lary- Bielsa, Lannemezan-Saragosse ( soyons fous !!!) en bref rayer les TCP inutles, serait à Lannemezan , c’est en complète contradiction avec l’avis de commissions qui ont planchées sur le ferroutage, et qui estiment que la distance minimale entre deux plates-formes multi-modales est de 500klm pour que ce soit rentable…..hors Lannemezan-Saragosse cela fait 198 klm…….Qu’est-ce qu’on ne prometterait pas pour ne pas contredire Mr Malvy……
    ,

  3. Magne dit :

    Un autre sujet de réflexion: la question que pose le journaliste concernant une opposition entre la notion d’intérêt publique liée aux aménagents  » lourds  » de la montagne ( barages, stations de ski..) et la préservation de l’environnement, laquelle serait vue la nature de la question d’intérêt ……privé !!
    C’est le type de mauvaise question qui amène des réponses inutiles, car la préservation d’un site protégé patrimoine de tout le monde , c’est bien une affaire d’utilité et d’intérêt publique, la question ne devrait mème pas être posée …..

  4. Magne dit :

    Il faudra écouter plusieurs fois cette émission pour en sortir tous les commentaires.
    Concernant le dossier UTN de la station Piau-Bielsa, la réaction de mr Brunet ( Pdt du CCi ) est très révélatrice de la pauvreté et du manque d’audace dont font preuve nos responsables en matière d’imaginaire économique. Cette personne apprécie le dossier ne serait-ce, que par ce qu’il propose un projet !!! et de poursuivre en suspectant ceux qui s’y opposent de faire acte d’immobilisme. Incapables de porter des projets qui prendraient en compte certaines réalités incontournables ( contraintes environnementales, évolution de la productivité du travail, relocalisation des actes éconmiques ; production-consommation, autre forme d’activité touristiquue ) les décideurs n’entrevoient que des projets qui prennent en compte les réalités…….de certains pouvoirs financiers.Les citoyens qui s’opposent à cette politique où le developpement économique est imposé comme un paradigme incontournable, solution à tous les problèmes, sont taxés avec un peu de mépris d’attardés ou d’empécheurs d’avancer en rond ….et quand on comptabilise le nombres d’espèces animales et végétales, les peuples, les cultures qui au cours de ces dernières années ont été sacrifiés sur l’autel de ce développement au service de la finance, qui pourrait nous empécher de penser que l’humanité ne va pas vers l’avant mais vers  » l’arrière  » ??
    Autre réflexion : Attractivité, attractivité, apparemment pour Mr Plano, le Parc National n’a de valeur que son attrativité, c’est à dire sa capacité à attirer l’argent des touristes….de Parc National à Parc d’ATTRACTION il n’y a qu’un pas à faire; autant réduire la superficie de ce qu’il en reste pour offrir des possibilités d’aménagement juteux à Aramon et consors….la marmotte et l’izard Walygator feront l’affaire ….

Poster un commentaire