Google

A.D.P.S.G. Association pour la Défense et la Protection des Vallées Pyrénéennes de Saux et de La Gela
mercredi septembre 20th 2017
logo Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade Midi-Pyrénées - FFME logo Mountain Wilderness logo Compagnie des guides des Pyrénées logo Nature Midi-Pyrénées logo Club Alpin Français logo SNAM logo FNE Midi-Pyrénées logo Syndicat National des Guides de Montagne logo APNP Amis du Parc National des Pyrénées

Contenu

Archives

Requiem pour une vallée

Le 21 mars, sortie de Denis Soleil, membre du bureau de l’association et de son frère dans le , la et la vallée de . Au programme : et .


Hier après midi, premier jour du printemps, avec mon frère, traversée Saux-la Gela par la Hourquette des Aiguillettes en ski de randonnée et pour lui, sans doute, la première descente en speed-riding des pentes de la Hourmagerie.

Après avoir laissé une voiture au parking de la Gela nous remontons la vallée de Saux jusqu’à la sortie nord du tunnel.

Une heure à monter sur les pentes régulières du vallon des Aiguillettes pour arriver face au paysage grandiose de la montagne de Barroude.

En ce début de printemps l’enneigement est très conséquent (en altitude). Qu’elle impression de solitude là haut, difficulté de quitter des yeux ces hauts sommets que pourtant nous connaissons bien.

Après une collation vite prise sur la crête, il étale sa voile de speed riding (2,6kg de toile et de suspente) pendant que je vais me poster un peu plus bas pour le prendre en photo.

Bientôt, je vois la petite voile se gonfler au dessus d’un dôme neigeux dans le ciel bleu azur. Tout va très vite; la voile grossit, il effleure la , s’amuse à décoller dans de petits sauts léger, trace des courbes harmonieuses, passe tout près de moi, me dépasse dans le silence de la montagne. Dans une cassure de pente, il prend son envol et je le perds ensuite dans le fond de la Gela alors qu’il soigne son approche au-dessus des cabanes de berger.

Je n’ai plus qu’a le rejoindre à travers les douces ondulations de la Hourmagerie jusqu’à la porte de fer dans une neige de printemps tellement douce à skier. Le retour se fera à pied par manque de neige en discutant encore et encore du bonheur d’être là, du sentiment de liberté. Cette montagne que nous avons gagné avec seulement notre volonté et notre force que nous avons skiée, effleurée, sans artifices mécaniques, sans équipements lourds, puisse-t-elle toujours rester ainsi.

C’est la montagne liberté, c’est la montagne qui nous a toujours fait rêver.

Denis Soleil le 22 mars 2011

Voir également les impressions du frérot Masterpitrou sur son forum de parapentistes

Puisse ce coin toujours rester sauvage …

Share

Poster un commentaire