Google

A.D.P.S.G. Association pour la Défense et la Protection des Vallées Pyrénéennes de Saux et de La Gela
dimanche août 20th 2017
logo Fédération Française de la Montagne et de l'Escalade Midi-Pyrénées - FFME logo Mountain Wilderness logo Compagnie des guides des Pyrénées logo Nature Midi-Pyrénées logo Club Alpin Français logo SNAM logo FNE Midi-Pyrénées logo Syndicat National des Guides de Montagne logo APNP Amis du Parc National des Pyrénées

Contenu

Archives

Extension Station de Piau vers Tunnel de Bielsa – suite d’un massacre annoncé 1

Le 15 février 2011, , Président du comité régional des clubs alpins français de Midi Pyrénées et Vice Président du de Toulouse a adressé ce message à ses réseaux (voir la liste en fin d’article). Nous le relayons à notre tour.

« Devant les questions que je reçois ici et là, il est temps de lever un peu plus le voile sur ce projet de « massacre » des vallées de la Géla (notamment la Perspective de et la Hourmagerie) et surtout de la vallée de .

plan des pistes extension de Piau-Engaly tunnel de Bielsa

Commençons tout d’abord par les équipements et le « front de neige » à l’entrée Nord de .

Vous observerez que la route est détournée pour laisser « place » à la construction de 3 immenses parkings pouvant accueillir au total 500 véhicules venant d’Espagne.

Pourquoi venant d’Espagne???

Parce que l’aménageur craint que ce parking soit occupé par les « français » (il est plus proche de 4 minutes de celui de la station de Piau).
Les bureaux d’étude préconisent donc de le rendre PAYANT, et à un montant dissuasif pour les Français afin qu’ils ne viennent pas s’y garer (p19 de l’étude de faisabilité).
400 M2 de locaux techniques et 1500 m2 de locaux commerciaux sont également prévus.
Ce n’est pas de simples cabanons mais bien des bâtiments imposants.

En allant vers Piau, les remontées et pistes seraient les suivantes :

On remarque immédiatement qu’une ROUTE CARROSSABLE serait construite pour installer les équipements mais aussi ravitailler un restaurant panoramique d’altitude qui serait susceptible de fonctionner en hiver mais aussi pendant les vacances d’été.
Cette route massacrerait les alpages du vallon de l’ qui ne pourraient plus servir d’aire pastorale en été pendant au moins 10 ans.
La remontée mécanique serait un télésiège débrayable de 6 places.
Des canons à neige seraient installés.
L’essentiel du domaine serait une piste bleue. Une piste noire de 250 m de dénivelé est tracée, essentiellement pour « amuser » la galerie, car est est en face sud et souvent impraticable en raison du manque de neige et de la présence de blocs et de rochers.

Ensuite, ce projet s’attaque à la vallée de la Géla et plus particulièrement aux alpages de la Hourmagerie

Un nouveau télésiège 4 ou 6 place débrayable y serait construit avec un dénivelé de 400 m seulement. 3 pistes bleues seraient tracées à grand renfort de bulldozer pour en faire des boulevards skiables même avec peu de neige.
Des canons à neige sont prévus, alimenté par un lac de 40 000 m3 (!!!!) placé tout près de la hourquette des Aiguillettes (un lac sur une crête en quelque sorte).
On peut s’interroger sur son alimentation d’autant qu’il servirait également à l’approvisionnement du restaurant d’altitude.
3 petites pistes rouge de quelques centaines de mètres seraient tracées pour rendre ce projet de station présentable et afficher un léger intérêt sportif sur les dépliants.
Vous observerez que la route continue son tracé au milieu des alpages, condamnant le pastoralisme dans ce secteur.
Les limites du Parc national apparaissent en vert. Elles sont tout prêt.

Et le spectacle de « vitriolisation » de la montagne continue jusqu’à Piau :

Un téléporté, probablement un télécabine serait construit pour permettre la jonction de cette nouvelle station avec Piau.
7 immenses pylônes seraient accrochés à la montagne, défigurant la perspective de la muraille de Baroude….

Oui, quand vous remonterez la vallée de la Géla depuis la chapelle des templiers, pendant une heure, la vue sur la muraille de Baroude sera défigurée par les pylônes et les câbles de cette remontée mécanique…

Un vrai massacre visuel !!! d’un site classé « patrimoine mondial de l’Unesco« .

Il s’agit d’un label que l’ peut nous retirer et que l’ NOUS RETIRERA à coup sûr ! (on a déjà failli le perdre à cause de l’exploitation touristique de cette zone par la commune de Gavarnie)

Vous observerez qu’aucune piste ne descend de Piau car… il y a des falaises et il faut une corde pour les franchir.

Peut-être y-a t-il un couple de gypaètes dans ces falaises ?????? ce qui condamnerait cette aberration.

Voilà pour le volet équipement qui a été estimé à 53 millions d’euro hors taxes entièrement financé … par le gouvernement d’ et la société (sauf les parking construits par le Conseil Général).

Le gain en domaine skiable serait de l’ordre de 10 km (65 à Piau actuellement)

Dès la première année d’exploitation, le prix du forfait à Piau augmentera de 5 euro soit 17 % d’augmentation puis, 1 à 2 euros par an (3 à 6 % d’augmentation) et ce pendant… 7 ans.

Malgré cette envolée qui fera de Piau l’une des stations ou LA station la plus chère des Pyrénées française, des pertes d’exploitation sont déjà prévues sur le modèle économique pour les trois premières années….
Pour équilibrer le modèle économique, ce projet doit attirer au minimum 130 000 journées skieurs supplémentaires (essentiellement des espagnols).
Pour mémoire, en 2009, Piau a plafonné à 265 000 journées skieurs.
La prévision de 400 000 journées skieurs en 2017 est tout bonnement utopiste afin de rassurer les pouvoir publics (conseil régional, Préfet, Ministère). Il est fort probable qu’avec un forfait à 35-37 euros en 2012 ou 2013, beaucoup de français se détourneront de cette destination.. Il y a d’autres station en Vallée d’Aure

Reste…. l’, argument « majeur » en temps de crise.

Selon les modes d’organisation, entre 19 et 25 créations de postes sont prévues lors de la construction de cette station. (sources étude d’opportunité et de faisabilité réalisée par le cabinet Contours)

Mais, arrêtons nous un instant :

Financement 100 % espagnol (Le gouvernement d’Aragon et ses sociétés mixtes)
+
Employeur espagnol (la société  ARAMON)
+
Parking réservé aux espagnols donc clientèle à 95 % espagnole, côté Bielsa
=
EMPLOIS ESPAGNOLS même avec un contrat de travail de droit français.
Ainsi, ce projet massacre deux vallées françaises pour satisfaire une riche clientèle espagnole et générer des retombées économiques presque exclusivement dans la vallée de Bielsa… mais les pertes seront bien, en définitives épongées par le Conseil Général des Hautes-Pyrénées et le contribuable français.

(PS : Personnes ne peut me soupçonner de nationalisme – ma belle famille est d’origine espagnole !… mais je trouve, à titre personnel, la ficelle un peu grosse).
Mais, il y a plus grave encore et ce sera pour un prochain mail….

Ce n’est qu’un début… »

Bruno Serraz
Président du comité régional des clubs alpins français de Midi Pyrénées
Vice Président du Caf de Toulouse

Sources :

Master plan du projet réalisé par les cabinets DCSA et Dianeige
Étuded’opportunité et de faisabilité réalisée par le cabinet Contours
Carte Unesco : http://whc.unesco.org/fr/list/773/multiple=1&unique_number=915
http://www.sauvons-la-gela.org/extension-piau-engaly-pyrenees/volet-technique/
http://www.sauvons-la-gela.org/extension-piau-engaly-pyrenees/impact-environnemental/
http://natura2000.environnement.gouv.fr/sites/FR7300927.html

Copie à :
Mountain Wilderness
Respyr
Pyrénées Magazine
Ski de RandoMagazine
Président Fédération des clubs alpins français
18 Clubs Caf de Midi Pyrénées 600 abonnés au forum du Caf de Toulouse

Share

Poster un commentaire